Basculer navigation

La muqueuse utérine

La muqueuse utérine ou endomètre est constituée d’un épithélium et d’un chorion ; elle subit d’importantes variations de structure liées aux variations hormonales du cycle féminin.
Nous décrirons son aspect au milieu de la période de prolifération (phase oestrogénique) et au milieu de la période de sécrétion (phase oestro-progestative).

Période de prolifération

L’épithélium superficiel est de type simple prismatique avec cellules ciliées et cellules sécrétrices.


Il s’invagine pour former des glandes tubuleuses droites à lumière étroite, contournées ou bifurquées en profondeur ; souvent sectionnées transversalement ou obliquement, ces glandes se présentent comme des formations arrondies ou ovalaires ; on peut y voir des figures de mitoses. Vers la fin de la période de prolifération, c’est tout le tube glandulaire qui prend un aspect sinueux.


Le chorion ou stroma est un tissu conjonctif à nombreuses cellules, rares fibres collagènes et substance fondamentale abondante. Les mitoses y sont assez nombreuses et cette prolifération cellulaire entraîne une augmentation de l’épaisseur de la muqueuse.


Le chorion est vascularisé par des artérioles en profondeur (artères spiralées) qui croissent avec la muqueuse et développent un réseau capillaire sous-épithélial.

Période de sécrétion

La muqueuse est plus épaisse.


Les cellules de l’épithélium et du chorion ont cessé de se diviser.


Les glandes ont pris une forme irrégulière, contournée ; leur lumière, large, est rétrécie par des « épines conjonctives » soulevant l’épithélium, d’où un aspect en dentelle caractéristique. Les cellules épithéliales se chargent de glycogène ; des sécrétions apparaissent dans la lumière glandulaire.


Les sections d’artères spiralées sont plus nombreuses, les capillaires sont dilatés.


Toutes ces modifications sont couramment suivies à des fins cliniques sur les biopsies d’endomètre, dites biopsies cyto-hormonales (B. C. H.).